samedi, 26 septembre 2009

Un chauffeur de la STIB fait une course poursuite avec la police

art_83827Le conducteur a expliqué lors de son audition connaître pour le moment des problèmes familiaux

Un chauffeur de la société des transports bruxellois a été pris d'un accès de rage, vendredi dans le centre de la capitale, entamant une brève course-poursuite avec une voiture de police alors que plusieurs passagers se trouvaient dans son bus. En patrouille dans le centre-ville vendredi soir, une voiture de police a eu son attention attirée par un bus de la STIB arrêté rue Ravenstein, sans aucune raison apparente.
Alors que les policiers s'arrêtaient pour voir ce qu'il se passait, le chauffeur du bus a alors brusquement remis les gaz, laissant la voiture de police derrière lui.

Celle-ci a toutefois rapidement pu rattraper le bus. Une manoeuvre visiblement peu appréciée par le chauffeur de la STIB qui repassa à nouveau devant la voiture de patrouille en empruntant la bande circulation opposée avant de s'immobiliser de manière à bloquer complètement la voiture de police.
Les agents sont alors sortis de leur véhicule pour demander les papiers du chauffeur courroucé et tenter de le calmer, mais en vain. Des contrôleurs de la STIB appelés en renfort ne parvinrent pas plus à ramener leur collègue à la raison.

Les policiers ont alors procédé à son interpellation, tandis que les contrôleurs de la STIB faisaient descendre les passagers qui se trouvaient encore à l'intérieur du bus.
Agé d'une quarantaine d'années, le conducteur a expliqué lors de son audition connaître pour le moment des problèmes familiaux, et avoir eu une mauvaise journée au travail, notamment en raison d'une altercation avec un client.
De plus, les agents qui tentaient de le contrôler l'auraient fait passer pour un idiot, a-t-il encore expliqué.

Le chauffeur a été gardé au poste toute la nuit.
Le parquet de Bruxelles a précisé samedi qu'il n'avait pas l'intention de réclamer un mandat d'arrêt envers l'intéressé, mais qu'il comptait néanmoins le poursuivre pour conduite dangereuse et rébellion.bIl devrait en outre faire l'objet d'une mesure disciplinaire, l'incident de vendredi n'étant manifestement pas le premier.

L’incident s’est produit vers 19h30, rue Ravenstein, entre la gare centrale et la place Royale. Une patrouille de police s’est inquiétée de voir un bus de la ligne 71 anormalement immobilisé et a cru qu’il y avait un problème.

La voiture de police s’est portée à hauteur du bus, puis l’a dépassé. Le chauffeur de la Stib a alors démarré, redépassé les policiers, fait une queue de poisson et arrêté son bus rempli de passagers en travers de la rue.

Interpellé, le conducteur a refusé de donner sa carte d’identité et de dégager le passage. La patrouille a dû faire appel à des contrôleurs de la Stib, qui ont finalement repris le volant.

Après une nuit au poste, le chauffeur a été mis samedi matin à la disposition du parquet, du chef d’entrave méchante à la circulation. Auditionné, Ahmed, la quarantaine, a affirmé qu’il a agi de la sorte parce que les policiers l’ont traité de “ connard ”. Il a aussi expliqué qu’il était énervé par divers problèmes personnels et professionnels. Il a été relaxé.

Selon le parquet, il a été directement suspendu par la Stib. La porte-parole de cette dernière s’étonne de cette précision et n’a souhaité ajouter aucun commentaire.

Perso, je ne suis pas surpris, merci les cadences débiles, le non respect des souhaits des chauffeurs au niveau des services, en voici un simple résultat, un pètage de plomb! Triste!

DédéSTIB

15:22 Écrit par DédéSTIB dans S.T.I.B. | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

on a tous nos problèmes... ...mais quand on est conducteurs de bus et qu'on a des passagers à bords, on veille un minimum à leur sécurité et on ne les prends pas en otage...je crois que les conducteurs de bus ou tout autre engins transportant des personnes devraient être soumis à des tests psycho avant leur engagement et pendant leur service...les services proposées par la stib deviennent de plus en plus lamentables (bus sales, conducteur pas très sympathique, mauvais conducteur...)je me souviens de l'époque où je ralais des retards, maintenant c'est tout le reste qui fout le camp aussi...trop facile de mettre tout sur le dos des autres, de temps à autre, il faut peut être se poser la question : suis je fait pour ce métier ? ne demanderais je pas ma mutation dans un autre service ? mais non et la fierté pardi, autant tout mettre sur les clients, si on est pête un plomb, c'est leur faute pas de la nôtre malgré qu'on démontre une faiblesse psychologique en jouant les fangios sur les routes bruxelloises...

imaginons un instant qu'un pilote d'avion pête les plombs comme les conducteurs de la stib (ce n est pas la 1ere fois...) et imaginons les conséquences....

Écrit par : Isabelle | mardi, 13 octobre 2009

Les commentaires sont fermés.